• Cliquez sur les photos pour les agrandir

     

     

    Hier soir, nous avions trouvé un  hôtel à Evriaki, sur la côte ouest du golfe intérieur de Géra, avec piscine,  donc inutile de vous dire que nous n’avons pas démarré très tôt et n’avons pas pu suivre le programme fixé, c'est-à-dire la découverte de la  péninsule centrale de l’île. Nous n’en avons parcouru que la côte Est.

    Moulin à vent en bon état un peu au sud de notre studio à Géra,

    Moulin à vent près de Géra

    obstacle sur la route

     

    puis nouveau musée sur la production d’huile d’olive à Papados (mêmes machines, mais explications très claires et très détaillées grâce à un audio guide en français). Ici aussi, de beaux bâtiments.  La production d’huile d’olive est la première ressource de l’île avant le tourisme. Il y avait jusque dans les années 1970 une quantité phénoménale d’usines (moulin) ; on en voit les ruines un  peu  partout. Maintenant, les olives sont toujours pressées dans l’île, mais les usines sont plus modernes, plus petites et on ne les distingue pas particulièrement sauf durant les mois de novembre à avril car devant ces bâtiments s’entassent quantité de sacs contenant les olives.

    Papados  musée huile d'olive

    Papados  musée huile d'olive

    Papados  musée huile d'olive

    Sur le site, un local complet est destiné à un poète grec, Odysseas Elitis, prix Nobel de littérature en 1979. En fait, la famille propriétaire des lieux est la famille Vranas, nom de jeune fille de sa mère, d’où le lien. Dans les Cyclades, sur l’île de Ios vue l’année passée, un théâtre de plein air récent lui est dédié. Pour les fans ( et je suis sûre que vous êtes nombreux !!!!!):

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Odyss%C3%A9as_El%C3%BDtis

     

    Autre visite, une petite distillerie familiale d’ouzo à Plomari ; nous n’avons pas appris grand-chose ; l’ouzo distillé ici est évidemment le meilleur, contrairement aux grandes marques, il est 100% pur, ne contient ni alcool ajouté, ni sucre. Dégustation à la sortie, pas fan du tout, pour ma part, je préfère celui que je rapporte d’habitude et qui pourtant ne doit pas être un ouzo 100%. Un conseil, ne pas mettre de glaçon, mais de l’eau froide. D’immenses grandes cuves en inox gardent pendant 40 jours l’ouzo produit et à différent degrés d’alcool. Sur place, ligne d’embouteillage et mise en cartons.

     

    Plomari usine ouzo

    Plomari usine ouzo

    Plomari usine ouzo

     

    Nous poussons un peu plus loin sur cette côte sud, vers le village de Mélinda et trouvons une petite taverne en bord de plage de galets, taverne très fréquentée et nous comprenons pourquoi ! Nous nous régalons avec la salade grecque beaucoup moins grasse que d’habitude, des bourekias (rouleaux de pâte fourrés au fromage) et un très bon poisson grillé dont nous n’avons pas compris le nom.

    Melinda   restaurant

    Melinda   restaurant

    Melinda   restaurant

    Melinda   plage

     

    Nous reprenons la même route pour arriver à Mytilène en temps et en heure pour rendre la voiture, acheter nos billets et monter dans le ferry qui doit nous mener à Chios.

    Vous vous dites qu’il manque quelque chose ? Non, non, vous ne rêvez pas ! Pas de monastère aujourd’hui .

     

    Cette fois ci, c’est fini ! Avec un pincement au cœur, nous avons quitté Lesbos, nous voici à bord du grand ferry Hellenic Seaways qui doit nous conduire en environ 2 heures 1/2 à Chios.

    Sur le port de Mytilène, près du quai des ferrys, plusieurs groupes de réfugiés (des  jeunes hommes pour la plupart,  mais aussi des familles) semblent là pour passer le temps. Au moment de l’embarquement, pas de contrôle pour nous, mais quelques militaires et policier surveillent et semblent contrôler au  coup par coup au facies. On peut acheter les billets sans papiers d’identité. On donne un nom pour le listing, c’est tout.

     

     

    Enregistrer

    Enregistrer


    2 commentaires
  • Toujours plus haut, sur la côte, nous trouvons près de Pedri un superbe vieux petit pont en pierre perdu au milieu des lauriers roses, avant d’emprunter une piste de 6 km qui nous mène au site  de Palios  où se trouvent près d’une vingtaine de tombes creusées dans la roche à quelques dizaines de mètres de la mer ; étonnant.

     

    Vieux pont en pierre près de Pédri

    Vieux pont en pierre près de Pédri

    Vieux pont en pierre près de Pédri

     

     

    site des anciennes tombes dans la roche à Palios

     

    site des anciennes tombes dans la roche à Palios

    site des anciennes tombes dans la roche à Palios

     

    Cette partie de la côte est aussi la partie où nombre de réfugiés ont accosté, des panneaux de guidage de Médecins Sans Frontières sont là pour l’attester.  Actuellement, il doit être difficile de passer, un bateau militaire croise toute la journée  (et la nuit ?) au  large. Frontex est très actif,  des policiers de divers pays participent ; un navire de guerre britannique était dans le port de Mytilène ce midi. Les plages ont été nettoyées, mais dans un coin, il y a un tas de déchets dont des chambres à air encore gonflées et des gilets de sauvetage. La mer étant très calme, il est difficile de s’imaginer les drames qui  se sont passés dans  ces environs.

     

    pancarte orientation pour migrants

     

    Nous faisons route vers Evriaki pour notre studio de ce soir au bord du golfe de Géra, en repassant devant le camp principal « hot spot » de Moria ; toujours beaucoup de voitures garées devant (pour ceux qui gèrent ?) et un car de policiers. 100 m après le camp, un camping car allemand distribue des gobelets (glace, café, dessert ?) aux migrants. On se répète, mais voir une île si grande et autant de personnes dans un même camp restreint, ça interpelle toujours.

     

    coucher de soleil sur le golfe de Gera en face de notre studio à Evriaki

    Enregistrer


    votre commentaire
  • Cliquez sur les photos pour les agrandir

     

    Nous sommes toujours à Lesbos !  Pas moyen de quitter cette île si attachante. …

     

    Ce matin, Hervé a cherché et a fini par trouver un superbe aqueduc romain à Moria  (il y avait bien des panneaux indicateurs, mais certains ont du être enlevés !). On voit qu’il a commencé à être rénové et consolidé, mais les travaux ont du être arrêtés depuis bien longtemps, les échafaudages sont tout rouillés. Ce qui est surprenant, c’est de voir que le haut était construit non pas en pierres, mais en briques. Le système complet d’adduction d’eau faisait 26 km pour alimenter Mytilène. Cette partie restante est la plus importante.

     

    aqueduc romain à Moria

    aqueduc romain à Moria

      Nous nous arrêtons ensuite pour visiter la maison du bois d’olivier à Pamfila : atelier et magasin. La commerçante est très « commerçante », affable, exubérante et généreuse. Tour à tour nous nous sommes vus proposer des bonbons à l’ouzo et au mastic, spécialités de l’île, puis des cookies fait maison. Il a fallu ensuite tester une crème pour la peau avant de se voir offrir un tube de cette crème et des petits savons. Ce n’était pas fini ! Quand nous sommes descendus voir l’atelier où travaillait son mari, devant nos yeux il a fabriqué un adorable petit vase qu’il nous a offert. La discussion porte ensuite sur la situation dans l’île, elle aussi constate une très forte baisse de fréquentation  et en rend responsable les médias qui ne montrent pas la réalité. Il est vrai qu’actuellement les réfugiés ne semblent plus guère poser de problèmes et si l’on en voit encore beaucoup dans la région de Mytilène, ce n’est pas le cas ailleurs. Il faut bien que nous prenions congé, nous avons encore droit à un autre cadeau ! Une bouteille de vin de Limnos. Je ne sais pas si les quelques emplettes que j’avais faites (nous sommes limités par le poids des bagages) sont très rentables pour elle.

    Maison bois d'olivier à Pamfila

    Maison bois d'olivier à Pamfila

    Maison bois d'olivier à Pamfila

    Maison bois d'olivier à Pamfila

     

    Nous allons ensuite voir le site antique de Thermis en bord de plage, ces ruines datent de la période allant de 2350 à 1300 av JC  pas facile de se rendre compte !

    Sur la route, le petit village de Loutropoli Thermis  avec ses deux tours, dont une restaurée. Pas de visite, c’est fermé malgré les beaux panneaux.

    site antique de Thermis

    Tour Toukaladellis à Loutropoli à Thermis

    Tour Toukaladellis à Loutropoli à Thermis

     

    Nous continuons à monter vers le Nord en longeant la côte, une pancarte indique un monastère, il ne faut pas louper cela ! Nous n’y resterons pas longtemps, ce monastère St Raphaël ne semble pas bien vieux mais est très fréquenté, son eau doit être miraculeuse, des petites bouteilles en plastiques sont en vente en grand nombre et quelques marchands vendent d’autre articles religieux. Pas terrible côté architecture, trop récent, mais bien fleuri et très propre (même les pots de fleurs sont essuyés !)

    Monastère Saint Raphaël

    Monastere Saint Raphaël

    En bord de mer les ruines d’un ancien hôtel de 1909 avec devant, des ruines de bains  romains. En face, la tour d’un ancien moulin avant et une place, tout ça rénové, sauf les ailes du moulin.

    Ancien moulin près de Thermi

    Hôtel et bains romains en ruines à Thermi

     

    Enregistrer


    votre commentaire
  • Cliquez sur les photos pour les agrandir

     

    Nous pensions quitter Lesbos ce soir , nous y sommes toujours !

    En effet,  nous nous sommes rendus  compte qu’il y avait également un ferry demain soir.

    Il y a encore à découvrir (nous n’arriverons pas à tout voir !)

    Ce matin, nous avons quitté notre hôtel avec piscine pour nous rapprocher de Mytilène et du ferry. Nous logeons ce soir à Panagiouda à 3 km de Moria dans un grand studio de 30 m², avec un peu de culpabilité à l’idée que si près, des familles logent à plusieurs dans des baraques guère plus grandes.

    Au programme aujourd’hui pour bien commencer la journée : …  le monastère de Klopedis ! Petit, silencieux, ombragé et fleuri, nous n’avons croisé personne.

    Monastère Klopedis

    monastere Klopedis

    Ensuite, des ruines antiques, le site est fermé le lundi, mais on  voit  une grande partie à travers les grilles de ce sanctuaire de Messa.

    Sanctuaire de Messa

     

    Puis deux musées à Varia, près de Mytilène, dans un parc, visités au pas de course avant leur fermeture (14 H)

    Le premier était tout petit et exposait des œuvres du peintre naïf grec Theóphilos Hadjimichaíl. Plus d’informations en anglais :

    https://en.wikipedia.org/wiki/Theophilos_Hatzimihail

    Musée Théofilos

    Musée Théofilos

     

    Le deuxième beaucoup plus grand aurait mérité une visite plus approfondie : le musée Teriade du nom de ce critique d’art grec installé à Paris devenu éditeur de livres d’art proposant des textes d’auteurs  illustrés par de grands artistes tels Matisse, Léger, Picasso, Chagall, Miro  etc …. entre 1943 et 1975.  Le musée expose sur deux étages un nombre incroyable de ces livres et des illustrations  originales. Les photos étant interdites, Hervé n’a pas pu en prendre plus de 3, impossible de rendre compte de toute la richesse de cette collection.

    Musée Teriade

    Musée Teriade

    Musée Teriade

    Musée Teriade

    Nous retournons à Mytilène pour prolonger la location de la voiture, déjeunons dans un restau sur le vieux port que nous avons déjà apprécié la semaine dernière, puis partons à la découverte de la péninsule au sud de Mytilène. Route côtière traversant des oliveraies.

     

    A Skala Loutron, nous visitons le Musée des réfugiés de 1922 (visite rien que pour nous,  Hervé a fait téléphoner par le loueur de voiture car il a beau être un super G.O., il ne comprend pas quand à l’autre bout du fil l’interlocuteur ne parle que grec ) ; le guide indiquait des horaires d’ouverture, en réalité les visites se font sur rendez-vous. Musée intéressant, mais quasi essentiellement en grec.  La dame qui nous a ouvert essaye de nous donner des explications, mais elle ne connaît que quelques mots d’anglais. Nous comprenons mieux sa frustration quand elle nous montre une photo de sa grand-mère réfugiée. Des cartes montrent l’ampleur du phénomène, le nombre de grecs vivants en Asie mineure est impressionnant (et pas seulement dans les régions proches de la Gréce !). Le musée expose aussi beaucoup de souvenirs, des costumes, des photos, des broderies, des objets usuels.

    musée des réfugiés de 1922

    musée des réfugiés de 1922

    musée des réfugiés de 1922

    A Loutra, nous nous arrêtons devant une usine de pressage d’huile d’olive en ruines,  il y a même dans un coin les mêmes machines que celles vues hier dans le musée.

    usine pression huile d'olive en ruines

    usine pression huile d'olive en ruines

     

    Enregistrer


    votre commentaire
  • Sigri est un petit village sympathique avec évidemment … un petit château ! Mais il ne se visite pas, il est assez abîmé. Mais les quelques ruelles, le fort, l’îlot de Nissiopi en face, donnent un rendu sympathique qui nous a fait nous restaurer sur place, en bord de mer.

     

    Sigri   vue sur l'îlot Nissiopi

    Sigri  fort en ruines

     

    Retour par la même route (on ne peut pas aller plus loin ) jusqu’au monastère d’Ypsilou (et oui, on est dimanche, on a droit à 2 monastères !) perché au sommet d’un cône volcanique  d’où l’on a une vue sur toutes ces étendues volcaniques. Là aussi, petit musée abritant de splendides manuscrits du X ème S que nous sommes bien incapables de déchiffrer. Des morceaux de troncs d’arbres pétrifiés sont posés à l’entrée du monastère ; maintenant, on sait ce que c’est !

     

    Monastère Ipsilou

    Monastère Ipsilou

    Monastère Ipsilou  manuscrit bysantin du 10 ème S

     

    Cap au Sud maintenant et nous voici à Skala Eressou, endroit où est née la poétesse Sappho en 630 avant JC qui réunissait dans son école des jeunes filles auxquelles elle enseignait  la vie et l’amour. Ca y est, vous avez compris la similitude entre Lesbos et lesbiennes ! (Au mois de septembre, il y a un grand festival des femmes d’Eressos). Ce village au bord de mer semble assez animé en ce dimanche soir, avec un côté baba cool.

    Skala Eressou

    Poétesse Sappho

    poétesse Sappho

    carte Lesbos

     

    Enregistrer


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique