• Nous avons quitté Mykonos après avoir discuté un bout de temps avec le mari de la propriétaire, militaire et pas très pro   Syrisa, mais l’échange était quand même intéressant.

    Le ferry étant à quai, une heure avant le départ, nous sommes montés à bord en arrivant et avons pique-niqué sur le pont.

    Nous avons atteint Tinos au bout d’une traversée de 35 mn.

    Le loueur du studio est venu nous chercher au port. Le studio est moins bien que celui de Mykonos, mais il fera l’affaire et est situé dans la « ville » de Tinos, tout près du centre, une fois qu’on a trouvé par où passer.

    Dès l’arrivée, nous avons pu constater que Tinos est différente des autres îles des cyclades : des maisons pas toutes blanches, avec des toits en tuiles, certaines avec 3 ou 4 étages.

    En nous promenant dans la ville, nous avons emprunté des rues et non des ruelles.

    Contrairement à Mykonos, très peu de touristes.

    Tinos est surtout connue pour son pèlerinage du 15 août, mais il y a toujours quelques pèlerins (nous en avons vu 2) qui montent à genoux vers la cathédrale considérée comme la plus grande œuvre architecturale construite depuis l’indépendance de la Grèce. Elle a été construite en 1824 toute en   marbre, la rue qui y mène à partir du port est elle aussi pavée de marbre, une allée est moquettée pour permettre de monter à genoux.

    Dans l’église principale, au plafond une multitude de chandeliers, avec des ex-voto en métal accrochés qui représentent des sujets très divers, comme des bateaux, vélo, maison, mouton, personne, cœur, jambes… Tout cela fait assez chargé, c’est très surprenant.

    Sous l’église, des cryptes avec une fontaine dont l’eau serait miraculeuse et des salles de baptêmes.

    Nous avons dîné dans un restaurant près du port : deux spécialités de Tinos : des artichauts frits et une omelette garnie de frites, oignons, saucisse locale et lamelles de porc grillées assaisonnées de graines d’anis.

    Près du restau, il y avait une poissonnerie, le poissonnier à la fin de sa journée, nourrissait les chats du quartier et un pélican (tout ça dans son magasin…)!

      Santorin mardi 19 mai

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique