• Cliquez sur les images pour les agrandir.

    Lire la suite...


    1 commentaire
  • Cliquez sur les images pour les agrandir.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Le lac de Guerlédan, le plus grand de Bretagne a été mis à sec en 2015. Cela ne s'était pas produit depuis 30 ans et ne se reproduira sans doute pas avant au moins 30 ans donc impossible de remettre la visite du site à une autre année !

    Nous sommes allés sur le site à deux reprises: la première fois en avril, la vidange n'était pas complètement terminée et il était alors impossible de descendre dans la vallée, la deuxième fois en août: la nature avait déjà repris ses droits,le fond de  la vallée était accessible.


    votre commentaire
  • Et voilà, toutes les bonnes choses ayant une fin, nous voici dans l’avion du retour …

    Nous ne pouvions pas quitter la Grèce sans visiter un dernier site antique : l’Ancienne Kamiros pas très loin de l’aéroport. Des murs de maison ont été remontés à environ un mètre, ainsi on voit bien l’agencement des rues et des maisons de cette ancienne cité . Moins d’édifices religieux qu’ailleurs, une étonnante et immense ancienne citerne à eau et à double bac (dont un avec deux escaliers qui descendent au fond !) sur la colline. On ne sait pas comment c’était alimenté et à quoi cela servait (sauf la fonction évidente de citerne).

    Dernier bain pour la 3ème fois au même endroit toujours aussi agréable, suivi d’une dernière bronzette avant d’aller boire un dernier café chez Alain.

    L’avion (au 2/3 vide) vient de survoler les Cyclades, nous avons pu reconstituer notre voyage d’île en île : Ios, Naxos, Paros, Antiparos, Mykonos, Delos, Tinos, Andros puis l’Attique (Il n’y a que Santorin et le Péloponnèse que nous n’avons pas vus).

    Nous quittons la Grèce à un moment important. La tension monétaire commence à avoir de l’effet sur les retards de paiement des salaires, des difficultés d’approvisionnement de produits achetés en dehors de la Grèce pour les restaurateurs, hôteliers et entreprises. Depuis quelques jours, nous ne demandions même plus à payer par carte bancaire. Atmosphère calme aujourd’hui, mais climat lourd que nous n’espérons pas annonciateur d’orage dans ce pays si attachant.

    Merci à tous de nous avoir suivis dans notre périple, d’avoir supporté nos diatribes.

     

    A bientôt pour de nouvelles aventures.

     

     


    votre commentaire
  • Lendemain de référendum, la  Grèce ne s’est pas encore effondrée, les commerces fonctionnent mais nous n’avons pas eu beaucoup l’occasion de discuter, seule une commerçante (boutique de souvenirs) dans la vieille ville râlait parce qu’elle n’avait presque plus de monnaie et que le gouvernement allait tout lui prendre !

    Aujourd’hui, donc, nous sommes restés sur la ville de Rhodes.

    Nous avons visité le petit site antique « ancienne Akropolis » sur une colline surplombant la ville ; il ne reste plus grand-chose : le temple d’Apollon un tout petit peu restauré par … les italiens, un petit théâtre entièrement reconstruit en marbre (seule la première rangée est authentique) par … les italiens, un stade restauré également par …, quelques tombes dans des grottes en creux dans le sol ; le stade a l’air authentique certainement à cause de la pierre utilisée. Le théâtre fait un peu trop neuf, mais le marbre utilisé doit mettre beaucoup plus longtemps à se patiner.

    Puis, après un petit tour de l’extérieur de l’aquarium (construit par…) à la pointe nord de l’île, plus de 6 heures de déambulation dans la vieille ville, nous n’avions pas tout vu la dernière fois, notamment la rue des Chevaliers « rue Ippoton », bordée par des bâtiments imposants, appelés Auberges, bien alignés et austères. Chaque groupe de chevaliers appartenait à ce que l’on appelait une « langue », il y avait 8 « langues » (Provence, Auvergne, France, Italie, Aragon, Castille, Angleterre, Allemagne ). Chaque « langue » a construit sa propre « auberge ». L’auberge de France est actuellement le siège du Consulat de France.

    Puis, pendant des heures nous avons erré dans les ruelles en particulier du quartier turc, véritable dédale où le sens d’orientation est mis à mal et dans les rues plus commerçantes bordées de magasins de souvenirs tous semblables. Une mosquée est encore utilisée mais n’est pas libre d’accès ; quelques autres d’époques différentes existent , mais les minarets ont été rasés ; comme en Crète, lorsque l’empire Ottoman s’est effondré, des grecs ont été « obligés » de rentrer chez eux et des turcs aussi dans l’autre sens ; les lieux de cultes avaient donc moins d’utilisateurs… Des restaurations  sont en cours. Le hammam est fermé, d’après les guides il devait réouvrir il y a peu. Ce n’ est peut être plus une priorité.

    Petit tour dans une partie des douves qui montre bien la hauteur impressionnante des remparts et défenses qui sont en très bon état.

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires