• Journée repos aujourd'hui, nous ne sommes partis de l'hôtel qu'à 14 H après avoir profité tous les deux de la piscine. Il faut dire qu'il faisait chaud !  

    Nous sommes d'abord allés voir Megalochori, un village avec des maisons troglodytes disait le "petit futé", nous n'avons trouvé qu'une église semi troglodytique, mais le village était quand même sympa.  

    Nous avons longé la côte est, opposée à la Caldéra à partir de Kamari : de grandes plages de sable noir, les stations balnéaires ressemblent à la plupart des stations balnéaires: bars, restaus, magasins de souvenirs ...  

    Nous avons décidé d'aller le voir "the sunset" à Oia.  Arrêt d'abord au pied de la falaise dans le petit port à la pointe nord de l'île. Nous nous offrons un café en bord de mer. Je goûte au café (nescafé) frappé spécialité de Grèce.  

    Oia, superbe ville aux ruelles en escalier. Dommage qu'il y ait tant de monde ! Oia est un haut lieu pour les mariages et lunes de miel . Les "spots" romantiques pour prises de vue sont nombreux, nous avons vu moult couples en costume et robe longue (entre autres des chinois et des allemands).

    L'heure du coucher de soleil approchant, nous trouvons un restaurant avec terrasse sur le toit. Grosse déception !!! On avait tellement entendu parler de ce coucher de soleil que les tours opérateurs mettent dans leurs circuits !!! ...Mais  le coucher de soleil n'a pas lieu côté Caldéra, il y a lieu au large, sur la côte opposée, on aperçoit bien dans le lointain d'autres îles, mais elles sont dans la brume, donc rien d'extraordinaire ... Le coucher de soleil d'hier était beaucoup plus sympathique.

     


    votre commentaire
  • Pas beaucoup de marche aujourd'hui, mais quand même de bonnes grimpettes !  

    Tout d'abord pour remonter de la "red beach" près d'Akrotiri, plage nommée  ainsi pour la couleur des falaises qui la surplombent, le sable lui, est noir. le site vaut le coup d'oeil, mais la plage elle même ne nous a pas incités à la baignade (rochers, algues ).  Ensuite dans les  villages que nous avons traversés,  construits à flanc de colline. Mais nous avons été récompensés de nos efforts par de merveilleux points de vue.  

    Pique nique sur les bancs d'une petite église en haut d'une crête avec 6 moulins à vent abandonnés, un ou deux en bon état, mais plus d'ailes, dommage ; belles vues sur la côte sud d'hier soir (Périssa), et  sur la presqu'île d'Akrotiri où nous logeons.  

    Passage près du port de Vlichada, avec de vrais pêcheurs d'un côté occupés à remettre leurs filets colorés en état (pas de gros bâteaux) et de l'autre le port de plaisance.   

    Marche dans Emborio pour voir des ruelles, faire le tour de l'ancien fort vénitien et faire un peu de shopping.   Quand nous sommes arrivés devant le Monastère du Prophète Elias, point culminant de l'île à 567 mètres, le monastère ouvrait pour une heure (ouvert 3 fois par semaine de 17 à 18 h) ce qui nous a permis d'en visiter une petite partie: on est loin de la richesse des monastères ou églises orthodoxes visités en Crète ou à Chypre ! pour ma part, je préfère cette simplicité. Vue sur d'autres îles des Cyclades, mais un peu voilée, dommage ; compte tenu de l'altitude, on les croit proches.  

    Ensuite descente vers Pyrgos ; marche dans les dédales de ruelles étroites  pour aboutir au "Kastelli", pas vraiment un château maintenant, puisqu'un café à vue superbe occupe la meilleure place, à côté d'une église (il y en a partout des églises, ici). Repas dans un restaurant  en sortie de village (assortiment de hors d'oeuvre grecs).

    Pour clore la journée, nous avons eu droit à un coucher de soleil sur la Caldera ( et ce n'est pas le meilleur point de vue de l'île paraît-il).  

    Comme d'habitude, Hervé n'a pas pu s'empêcher de plonger dans  la piscine ce matin et ce soir ce qui a bien fait rire les clients du restaurant de l'hôtel qui devaient se demander d'où venait ce fada seul utilisateur de la piscine par ce temps "frais" (24 ou 25°).

     

     

     


    votre commentaire
  • Aujourd'hui, nous sommes partis pour une croisière de 6 heures dans la Caldéra.

     

    Première escale: l'île de Néakaméni, île volcanique née en 1570 et qui s'est agrandie par éruptions successives jusqu'en 1950 date de la dernière qui a créé le cratère qui culmine à 150 m... Nous avons grimpé jusqu'au sommet et avons apprécié de faire cette excursion en Mai et non en plein été !

     

    Deuxième escale une autre île volcanique plus ancienne (créée en 197 ans avant JC environ), Paléa Kameni, le bateau a jeté l'ancre dans la petite crique de hot springs (source chaudes) pour nous permettre de nous baigner (eau à 28 / 29 ° et de couleur rouille, il a fallu rincer plusieurs fois les maillots de bain! ). Revigorant car là où le bateau était amarré (à une centaine de mètres de la source) l'eau n'était qu'à 18°.

     

    Troisième escale: l'île de  Thirassia. Petite île de 300 habitants (pêcheurs et paysans). Nous avions 2 heures à y passer avec comme choix: restaus sur le port ou montée jusqu'au village: 1 km dénivellation de 210 m.

    Nous avions notre pique nique dans les sacs à dos, nous avons donc choisi la deuxième solution, mais il a  fallu nous arrêter pour casser la croûte au 2/3 de la montée (il faut dire qu'il était déjà 15 H ...). Nous avons quand même réussi à monter jusqu'au centre du village et avons regretté de ne pas avoir le temps d'en faire le tour complet et de nous installer sur une terrasse surplombant la caldera pour boire un café.

     

    Dernière escale (nous ne sommes pas descendus du bateau ): le port de TIA (ou Oia) à la pointe Nord de l'île.

    Nous y retournerons, il ne faut absolument pas louper "THE SUNSET"!

     

    De retour sur la terre ferme, nous sommes allés voir la plus grande plage de l'ïle (au Sud / sud-est) Hervé s'est à nouveau baigné puis nous nous sommes offerts un  repas dans un des multiples restaus qui bordent la plage: salade grecque, brochettes de poulet, porc et boeuf,  tzatziki, frites, boulgour et dessert léger. (Il fallait bien que nous fêtions l'anniversaire des 32 ans de notre fille Rozenn!)

     

     

     


    votre commentaire
  • Nous commençons notre journée en prenant le petit déjeuner sur la terrasse de l'hôtel.

     Nous voulons louer un quad (on nous avait déconseillé le scooter trop dangereux), mais est ce dû à notre âge ? le loueur ne semble vraiment pas ravi et nous  annonce un prix de 10 € supérieur à celui d'une petite voiture. Nous voici donc avec une Hyundai Atos (c'est dur de s'expliquer quand on ne connaît pas la langue !)

      Dans notre superbe voiture rouge, nous prenons la direction des ruines d' Akrotiri, cité ensevelie au XVII ème Siècle avant JC sous les laves d'un volcan (la plus grosse éruption connue par les hommes). Il paraît que l'on a retrouvé comme à Pompéï des intérieurs quasiment intacts avec meubles, vaisselles et peintures, mais mis à part des amphores, tout le reste a été dispatché dans des musées. 

    Nous cherchons un coin pour pique niquer, mais le vent souffle ! Nous ne pouvons pas nous installer sur la plage et rentrons pique niquer sur la terrasse devant notre chambre avant de repartir direction ... la capitale !

      Fira (c'est son nom, mais on dit aussi Thera) est situé en haut d'une falaise et domine la Caldéra. Nous sillonnons les ruelles qui s'enchevêtrent, parfois parsemées de crottins de mules dont l'odeur se mêle à celle des chèvrefeuilles ou des fleurs d'oranger. On y découvre au détour au fond d'un passage des boutiques d'artisans.

    Nous suivons également  la promenade qui surplombe la Caldéra en offrant des points de vue prodigieux.  

    Ciel bleu + soleil + maisons d'un blanc éclatant = cocktail un peu "hard" pour les yeux !

     

                                                                                      


    votre commentaire
  • La deuxième étape de notre voyage débute ...   Décollage de Barcelone ce matin par un temps couvert.

    Nous atterrissons à Santorin, il fait 23 °, le ciel est dégagé. Un membre du personnel de l'hôtel est venu nous chercher à l'aéroport. Accueil très convivial, arrivés à l'hôtel Galinia à Akrotiri on nous offre un jus d'orange et l'hôtesse nous explique ce qu'il y a à voir. Après nous être installés, nous sortons faire un tour à pied (ça grimpe dur !) et visitons notre premier château en ruines.

                                                                                          


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires